Thème 3 - Corps humain et santé

Choisis ton QCM de SVT de Terminale S de ce thème 3 (parmi les 39 accessibles) et teste tes connaissances.

Google

Thème 3A - LE MAINTIEN DE L'INTÉGRITÉ DE L'ORGANISME

273 - Une nouvelle arme pour lutter contre le staphylocoque...

78 - Lors d’une vaccination contre la diphtérie, le sujet...

87 - La réaction immunitaire (1)

88 - La réaction immunitaire (2)

176 - Le système immunitaire adaptatif désigne les...

264 - Le principe de fonctionnement d'un test de grossesse....

79 - La réponse immunitaire adaptative contribue à la...

186 - Il existe une lignée de souris mutantes dites souris...

12 - Évolution de la quantité d’anticorps en fonction du...

190 - Le système immunitaire est constitué d’un ensemble...

90 - La réaction immunitaire (4)

261 - Tout au long de la vie, le système immunitaire garde...

14 - Défense de l'organisme face à une infection virale :...

98 - Chez certains animaux, une protéine de réserve appelée...

80 - Un test rapide de diagnostic de la grippe. La grippe...

99 - Immunité

262 - Une réaction inflammatoire est une réaction de défense...

130 - Quelques aspects de la réaction immunitaire

89 - La réaction immunitaire (3)

13 - La myasthénie est une maladie caractérisée par une...

175 - Une inflammation est une réaction de défense...

265 - Une réaction immunitaire non spécifique est une...

81 - Expérience historique de Gustav Nossal 1959. Sir...

272 - Une nouvelle arme pour lutter contre le staphylocoque...

Thème 3B - NEURONE ET FIBRE MUSCULAIRE : LA COMMUNICATION NERVEUSE

191 - Un réflexe est une réponse musculaire involontaire,...

237 - Rester debout, ne pas perdre l'équilibre, maintenir...

214 - Le reflexe myotatique est un exemple de commande...

193 - Un neurone est une cellule nerveuse dont la forme est...

245 - Le réflexe myotatique, qui provoque la contraction...

69 - Expériences de Sir Sherrington : comprendre ce qu’est...

70 - Expérience de Loewi sur la transmission synaptique

144 - Les neurones communiquent entre eux par des...

68 - Expérience de Claude Bernard

258 - La myasthénie est une maladie neuromusculaire...

143 - Un nerf est constitué pour l’essentiel de nombreuses...

259 - On s’intéresse au reflexe myotatique qui nous...

192 - La plasticité cérébrale (ou plasticité neuronale) est...

67 - Le Ice Bucket Challenge, aider la recherche sur la...

260 - François Magendie est considéré comme un des pionniers...








Thème 3A - LE MAINTIEN DE L'INTÉGRITÉ DE L'ORGANISME
La réaction immunitaire (4)

QCM n° 90
Thème 3A - LE MAINTIEN DE L'INTÉGRITÉ DE L'ORGANISME
La réponse immunitaire adaptative contribue à la défense de l’organisme contre les agressions du milieu extérieur. Les expériences ci-dessous permettent de dégager quelques caractéristiques de cette réponse immunitaire adaptative.

QCM n° 79
Thème 3A - LE MAINTIEN DE L'INTÉGRITÉ DE L'ORGANISME
Un test rapide de diagnostic de la grippe. La grippe est une maladie qui cause en France une mortalité importante chez les personnes âgées et les sujets fragiles. Diagnostiquer rapidement la grippe, pour le médecin, revêt alors une importance particulière dans son choix de prescrire le traitement adapté. Le test TROD est un test de diagnostic rapide de la grippe. On cherche à comprendre le fonctionnement de ce test.

QCM n° 80
Thème 3A - LE MAINTIEN DE L'INTÉGRITÉ DE L'ORGANISME
La réaction immunitaire (2)

QCM n° 88
Thème 3A - LE MAINTIEN DE L'INTÉGRITÉ DE L'ORGANISME
Lors d’une vaccination contre la diphtérie, le sujet reçoit de l’anatoxine diphtérique, toxine diphtérique ayant perdu son pouvoir pathogène mais conservant son pouvoir immunogène. Il développe alors en quelques jours une immunité par la production d’anticorps. Ces anticorps, libérés dans le milieu intérieur, neutralisent la toxine diphtérique. Des expériences sont réalisées pour déterminer le mode d’action des anticorps au cours de cette neutralisation.

QCM n° 78
Thème 3A - LE MAINTIEN DE L'INTÉGRITÉ DE L'ORGANISME
Une réaction immunitaire non spécifique est une réaction immunitaire dont le déclenchement ne dépend pas de la reconnaissance d'un antigène par un récepteur spécifique (immunité naturelle). Une réaction inflammatoire est, par exemple, une réaction immunitaire non spécifique qui se développe en réponse à un foyer local d'irritation d'origine biologique ou physico-chimique caractérisée par l'afflux de leucocytes. Elle se traduit par les signes cliniques suivants : chaleur, rougeur, œdème et douleur.
Une réaction immunitaire spécifique est une réaction immunitaire dont le déclenchement dépend de la reconnaissance d'un antigène par un récepteur spécifique (immunité acquise).

QCM n° 265
Thème 3A - LE MAINTIEN DE L'INTÉGRITÉ DE L'ORGANISME
Le système immunitaire est constitué d’un ensemble complexe d’organes individualisés et de tissus entre lesquels circulent, de façon constante, des cellules immunocompétentes de l’immunité innée et de l’immunité adaptative. L’organisation du système immunitaire, en réseau de communication, lui confère 3 propriétés essentielles :
  • une importante capacité d’échanges d’informations, par des contacts membranaires intercellulaires, ou par la libération de médiateurs solubles.
  • une forte régulation permettant de préserver, en permanence, l’équilibre du système immunitaire (encore appelée homéostasie) pour aboutir à une réponse immunitaire adaptée.
  • un rôle effecteur performant capable de protéger l’intégrité de l’organisme.

QCM n° 190
Thème 3A - LE MAINTIEN DE L'INTÉGRITÉ DE L'ORGANISME
Défense de l'organisme face à une infection virale : chez un malade, des lymphocytes T cytotoxiques (LTc) sont prélevés et mis en culture avec des cellules infectées par un virus. L'image ci-dessous est alors observée.

QCM n° 14
Thème 3A - LE MAINTIEN DE L'INTÉGRITÉ DE L'ORGANISME
Expérience historique de Gustav Nossal 1959. Sir Gustav Nossal est un chercheur australien dont les travaux ont permis de construire les bases de l’immunologie moderne. On cherche à déterminer certaines caractéristiques cellulaires et moléculaires de la réponse immunitaire.

QCM n° 81
Thème 3A - LE MAINTIEN DE L'INTÉGRITÉ DE L'ORGANISME
Tout au long de la vie, le système immunitaire garde la mémoire des agressions virales ou bactériennes passées. Chaque fois qu’un nouvel antigène se présente, certaines cellules immunitaires sont chargées de déterminer sa fiche d’identité et de la conserver dans l’attente d’une future agression. La vaccination prend appui sur ce mécanisme pour enrayer les antigènes les plus fulgurants.
voir la vidéo

QCM n° 261
Thème 3A - LE MAINTIEN DE L'INTÉGRITÉ DE L'ORGANISME
La myasthénie est une maladie caractérisée par une atteinte de la synapse neuromusculaire entraînant une faiblesse de la musculature squelettique et une fatigabilité excessive. Elle est causée par des anticorps circulants qui ciblent les récepteurs à acétylcholine de la synapse neuromusculaire, inhibant l'effet excitateur de ce neuromédiateur.

QCM n° 13
Thème 3A - LE MAINTIEN DE L'INTÉGRITÉ DE L'ORGANISME
La réaction immunitaire (3)

QCM n° 89
Thème 3A - LE MAINTIEN DE L'INTÉGRITÉ DE L'ORGANISME
Une réaction inflammatoire est une réaction de défense immunitaire stéréotypée du corps à une agression externe (infection, brûlure...). Cette réaction est un processus universel, concernant l'ensemble des tissus.

QCM n° 262
Thème 3A - LE MAINTIEN DE L'INTÉGRITÉ DE L'ORGANISME
Immunité

QCM n° 99
Thème 3A - LE MAINTIEN DE L'INTÉGRITÉ DE L'ORGANISME
La réaction immunitaire (1)

QCM n° 87
Thème 3A - LE MAINTIEN DE L'INTÉGRITÉ DE L'ORGANISME
Une nouvelle arme pour lutter contre le staphylocoque doré. (V.1)
Le staphylocoque doré (Staphylococcus aureus) est une bactérie présente sur la peau et dans les voies nasales des êtres humains. Parfois, des souches virulentes de staphylocoques dorés peuvent causer une infection, le plus souvent locale mais qui peut aussi être généralisée et s’avérer potentiellement mortelle quand les bactéries pénètrent dans la circulation sanguine et se propagent à d’autres organes. Pour lutter contre cette bactérie, on dispose d’antibiotiques, substances chimiques permettant de détruire des bactéries ou d’empêcher leur développement ; mais ils sont parfois inefficaces et les rechutes (reprises de l’infection) sont fréquentes. Des chercheurs ont tenté d’améliorer le traitement par antibiotiques en les combinant à des anticorps. On cherche à expliquer comment la combinaison antibiotique-anticorps pourrait rendre plus efficace les traitements contre le staphylocoque doré et ainsi éviter les rechutes.

Document 1 : l’infection par le staphylocoque doré
Suite a une blessure par exemple, le staphylocoque dore peut pénétrer dans l’organisme. Face à sa multiplication dans le milieu extracellulaire, des défenses immunitaires innées se mettent en place. Ce qui se traduit par la phagocytose des bactéries par les macrophages.
Cependant, les macrophages ne parviennent pas à détruire la totalité des staphylocoques phagocytés. En effet, certains staphylocoques peuvent échapper à la destruction et se multiplier à l’intérieur même des macrophages.


Document 2 : action des antibiotiques sur le staphylocoque doré
Le graphique ci-dessous montre l’action d’un antibiotique, injecté à t=0, sur le staphylocoque doré présent à l’extérieur des cellules (forme extracellulaire) ou à l’intérieur (forme intracellulaire) dans des cultures cellulaires de macrophages.


Document 3 : rôle des anticorps dans le traitement antibiotique contre le staphylocoque doré

Pour améliorer le traitement antibiotique contre les formes intracellulaires du staphylocoque doré, on associe un antibiotique inactif à un anticorps spécifique de la bactérie. Ces conjugués anticorps-antibiotiques inactifs reconnaissent les staphylocoques dorés et s’y accrochent. Ils pénètrent ainsi avec les bactéries à l’intérieur des macrophages où ils subissent l’action de substances chimiques nommées protéases qui libèrent et activent les antibiotiques.


Document 4 : efficacité de l’action des antibiotiques contre le staphylocoque doré intracellulaire
On mesure la persistance de staphylocoques dorés intracellulaires dans les reins de souris 4 jours après le début de l’infection lors de différents traitements.



QCM n° 272
Thème 3A - LE MAINTIEN DE L'INTÉGRITÉ DE L'ORGANISME
Quelques aspects de la réaction immunitaire

QCM n° 130
Thème 3A - LE MAINTIEN DE L'INTÉGRITÉ DE L'ORGANISME
Évolution de la quantité d’anticorps en fonction du temps suite à des injections d’antigène.

QCM n° 12
Thème 3A - LE MAINTIEN DE L'INTÉGRITÉ DE L'ORGANISME
Il existe une lignée de souris mutantes dites souris scurfy. Elles présentent de nombreuses lésions cutanées.

QCM n° 186
Thème 3A - LE MAINTIEN DE L'INTÉGRITÉ DE L'ORGANISME
Le principe de fonctionnement d'un test de grossesse. Dès les premiers jours de son implantation dans l'utérus, le ieune embryon secrète une hormone : l‘HCG (hormone chorionique gonadotrope humaine). Cette hormone est une glycoprotéine formée de deux sous-unités (α et β) représentant chacune un antigène différent. Chez la femme enceinte, une partie des molécules d'HCG passe dans les urines sans être dégradée. Le test de grossesse consiste à rechercher la présence de cette hormone dans les urines de la femme présumée enceinte. (Exercice tiré du manuel Bordas TS SVT spécifique, 2012).

QCM n° 264
Thème 3A - LE MAINTIEN DE L'INTÉGRITÉ DE L'ORGANISME
Une nouvelle arme pour lutter contre le staphylocoque doré. (V.2)
Le staphylocoque doré (Staphylococcus aureus) est une bactérie présente sur la peau et dans les voies nasales des êtres humains. Parfois, des souches virulentes de staphylocoques dorés peuvent causer une infection, le plus souvent locale mais qui peut aussi être généralisée et s’avérer potentiellement mortelle quand les bactéries pénètrent dans la circulation sanguine et se propagent à d’autres organes. Pour lutter contre cette bactérie, on dispose d’antibiotiques, substances chimiques permettant de détruire des bactéries ou d’empêcher leur développement ; mais ils sont parfois inefficaces et les rechutes (reprises de l’infection) sont fréquentes. Des chercheurs ont tenté d’améliorer le traitement par antibiotiques en les combinant à des anticorps. On cherche à expliquer comment la combinaison antibiotique-anticorps pourrait rendre plus efficace les traitements contre le staphylocoque doré et ainsi éviter les rechutes.

Document 1 : l’infection par le staphylocoque doré
Suite a une blessure par exemple, le staphylocoque dore peut pénétrer dans l’organisme. Face à sa multiplication dans le milieu extracellulaire, des défenses immunitaires innées se mettent en place. Ce qui se traduit par la phagocytose des bactéries par les macrophages.
Cependant, les macrophages ne parviennent pas à détruire la totalité des staphylocoques phagocytés. En effet, certains staphylocoques peuvent échapper à la destruction et se multiplier à l’intérieur même des macrophages.


Document 2 : action des antibiotiques sur le staphylocoque doré
Le graphique ci-dessous montre l’action d’un antibiotique, injecté à t=0, sur le staphylocoque doré présent à l’extérieur des cellules (forme extracellulaire) ou à l’intérieur (forme intracellulaire) dans des cultures cellulaires de macrophages.


Document 3 : rôle des anticorps dans le traitement antibiotique contre le staphylocoque doré

Pour améliorer le traitement antibiotique contre les formes intracellulaires du staphylocoque doré, on associe un antibiotique inactif à un anticorps spécifique de la bactérie. Ces conjugués anticorps-antibiotiques inactifs reconnaissent les staphylocoques dorés et s’y accrochent. Ils pénètrent ainsi avec les bactéries à l’intérieur des macrophages où ils subissent l’action de substances chimiques nommées protéases qui libèrent et activent les antibiotiques.


Document 4 : efficacité de l’action des antibiotiques contre le staphylocoque doré intracellulaire
On mesure la persistance de staphylocoques dorés intracellulaires dans les reins de souris 4 jours après le début de l’infection lors de différents traitements.



QCM n° 273
Thème 3A - LE MAINTIEN DE L'INTÉGRITÉ DE L'ORGANISME
Une inflammation est une réaction de défense immunitaire stéréotypée du corps à une agression externe (infection, brûlure, allergie, etc) ou interne (cellules cancéreuses).
L’inflammation peut se manifester par :
  • une rougeur (érythème) : il y a une vasodilatation locale
  • un gonflement (œdème)
  • une sensation de chaleur
  • une douleur

QCM n° 175
Thème 3A - LE MAINTIEN DE L'INTÉGRITÉ DE L'ORGANISME
Le système immunitaire adaptatif désigne les lymphocytes T, qui contribuent à l'immunité à médiation cellulaire, et les lymphocytes B qui sont responsables de l'immunité à médiation humorale. Ces deux populations cellulaires ont des propriétés et des fonctions distinctes des cellules du système immunitaire inné.
L'activation d'un lymphocyte s'accompagne d'une expansion clonale (permettant d'amplifier la réponse immunitaire spécifique à l'antigène), et de la mise en place d'une mémoire (sur laquelle se repose le principe de la vaccination). C'est en cela que l'on parle d'immunité adaptative.

QCM n° 176
Thème 3A - LE MAINTIEN DE L'INTÉGRITÉ DE L'ORGANISME
Chez certains animaux, une protéine de réserve appelée vitellogénine est transportée par le sang puis stockée dans les ovaires. NB : dans Homo sapiens, Homo est le nom du genre, sapiens est le nom de l’espèce.

QCM n° 98
Thème 3B - NEURONE ET FIBRE MUSCULAIRE : LA COMMUNICATION NERVEUSE
Un réflexe est une réponse musculaire involontaire, stéréotypée et très rapide à un stimulus. Une activité réflexe est produite par un arc réflexe, le mécanisme de réponse intégrée d'un centre nerveux sans intervention du cerveau et de la volonté consciente. La communication nerveuse assure la mise en place très rapide du réflexe.Les réflexes sont souvent des réactions de défense, comme le retrait du membre en cas de brûlure, avant que le cerveau ait perçu la douleur. Les réactions réflexes ont pour but de rétablir l'homéostasie.

QCM n° 191
Thème 3B - NEURONE ET FIBRE MUSCULAIRE : LA COMMUNICATION NERVEUSE
On s’intéresse au reflexe myotatique qui nous renseigne sur l’intégrité du système neuromusculaire.
Document de référence : coupe schématique (ci-dessous) de moelle épinière présentant les racines rachidiennes dorsales et ventrales.
On rappelle que le nerf rachidien relie moelle épinière et muscle.

On cherche à comprendre l’organisation des cellules nerveuses dans la moelle épinière et à déterminer le trajet du message nerveux.

Document : résultats des expériences historiques de Magendie et Waller sur des sections de nerfs.


QCM n° 259
Thème 3B - NEURONE ET FIBRE MUSCULAIRE : LA COMMUNICATION NERVEUSE
François Magendie est considéré comme un des pionniers de la physiologie expérimentale moderne. Il démontra la différence entre les nerfs moteurs et les nerfs sensitifs. De plus, il précisa la fonction des racines antérieures (ventrales) et postérieures (dorsales) de la moelle épinière. Les expériences de Magendie (1822) sont utiles pour comprendre le rôle de différentes structures impliquées dans le réflexe myotatique.
Document de référence : coupe schématique (ci-dessous) de moelle épinière présentant les racines rachidiennes dorsales (ou postérieures) et ventrales (ou antérieures).
On rappelle que le nerf rachidien relie moelle épinière et muscle.>

On cherche à comprendre l’organisation des cellules nerveuses dans la moelle épinière et à déterminer le trajet du message nerveux.

Document : résultats des expériences historiques de Magendie et Waller sur des sections de nerfs


QCM n° 260
Thème 3B - NEURONE ET FIBRE MUSCULAIRE : LA COMMUNICATION NERVEUSE
La myasthénie est une maladie neuromusculaire caractérisée, entre autre, par une faiblesse des muscles squelettiques. Les médecins ont émis l’hypothèse d’un mauvais fonctionnement de la jonction neuromusculaire.
A partir de l’exploitation des documents, on se propose d’éprouver cette hypothèse et de proposer un mécanisme expliquant l’origine de la myasthénie.

Document 1 : photographie en microscopie électronique à transmission d’une jonction neuromusculaire



Document 2 : électromyogrammes.
Des électrodes réceptrices sont positionnées sur la peau, au niveau du muscle du mollet d’un individu sain et d’un individu atteint de myasthénie. Le nerf moteur est stimulé électriquement. L’enregistrement obtenu (électromyogramme), correspond à la réponse du muscle sous forme de variations de potentiels faisant suite à une stimulation du nerf, de même intensité chez les deux patients.



Document 3 : : Résultats de test de fixation de l’alpha-bungarotoxine (α-bungarotoxine)
L’α-bungarotoxine est une molécule toxique extraite du venin de serpent qui se fixe sur les récepteurs spécifiques à l’acétylcholine. Son injection à une souris saine entraîne des symptômes analogues à ceux de la myasthénie.
Dans un cadre médical, on peut injecter à des patients de l’α-bungarotoxine marquée (radioactive) et par une technique d’autoradiographie, la localiser. Les schémas ci-dessous donnent le résultat de cette localisation chez un individu sain et chez un individu myasthénique




QCM n° 258
Thème 3B - NEURONE ET FIBRE MUSCULAIRE : LA COMMUNICATION NERVEUSE
La plasticité cérébrale (ou plasticité neuronale) est une expression qui décrit les mécanismes par lesquels le cerveau est capable de se modifier lors des processus de neurogenèse dès la phase embryonnaire ou lors d'apprentissages. Elle s’exprime par la capacité du cerveau de créer, défaire ou réorganiser les réseaux de neurones et les connexions de ces neurones. Le cerveau est ainsi qualifié de « plastique » ou de « malléable ». Ce phénomène intervient durant le développement embryonnaire, l'enfance, la vie adulte et les conditions pathologiques (lésions et maladies). Il est notamment responsable des mécanismes de l'apprentissage et de la mémorisation chez l'enfant et l'adulte. Ainsi, la plasticité neuronale est présente tout au long de la vie, avec un pic d’efficacité pendant le développement à la suite de l'apprentissage, puis toujours possible mais moins fortement avec l’adulte.

QCM n° 192
Thème 3B - NEURONE ET FIBRE MUSCULAIRE : LA COMMUNICATION NERVEUSE
Expérience de Loewi sur la transmission synaptique

QCM n° 70
Thème 3B - NEURONE ET FIBRE MUSCULAIRE : LA COMMUNICATION NERVEUSE
Le reflexe myotatique est un exemple de commande involontaire des muscles. Les muscles peuvent aussi être commandés par la volonté : dans ce cas, il y a intervention des structures cérébrales. Des accidents ou des anomalies affectant le système nerveux central peuvent d’ailleurs se traduire par des dysfonctionnements musculaires.
Un AVC (Accident Vasculaire Cérébral) est un trouble de la circulation sanguine irriguant un territoire du cerveau. Le terme d’accident est utilisé pour souligner le caractère soudain de l’apparition des symptômes : il peut en effet arriver qu’un caillot obstrue subitement une artère cérébrale ou bien que la paroi d’un vaisseau sanguin se rompe, provoquant alors une hémorragie cérébrale. La partie normalement irriguée par ce vaisseau cesse alors de fonctionner. On comprend aisément que si une partie d’une aire motrice est atteinte, la conséquence en soit une paralysie : on parle d’hémiplégie lorsque la paralysie touche une partie du corps située d’un seul côté du corps. Cependant, suite à une lésion, le système nerveux fait preuve de facultés de récupération parfois étonnantes liée à la plasticité cérébrale. A la suite d’un AvC, il subsiste en général dans le cerveau, une zone nécrosée, c'est-à-dire irrémédiablement détruite. Cependant, on constate la plus souvent une récupération du déficit moteur. Cette faculté de récupération est bien entendue limitée par l’importance de la lésion mais elle dépend aussi beaucoup de la mise en œuvre rapide d’une rééducation. Cette récupération progresse sur une durée de quelques semaines à quelques mois.

QCM n° 214
Thème 3B - NEURONE ET FIBRE MUSCULAIRE : LA COMMUNICATION NERVEUSE
Un neurone est une cellule nerveuse dont la forme est très différente de celle des autres cellules qui composent notre organisme. On peut distinguer 3 parties dans cette cellule :
- le corps cellulaire d'un diamètre d'environ 50 microns (1 micron= 1 millième de millimètre).
- de nombreux prolongements courts du corps cellulaire (appelés dendrites).
- un long prolongement unique (appelé axone) se finissant par une arborisation terminale. La longueur de l'axone peut varier de quelques dizaines de microns à plusieurs centimètres (90 cm dans le cas d'un axone allant du cerveau à la moelle épinière).

QCM n° 193
Thème 3B - NEURONE ET FIBRE MUSCULAIRE : LA COMMUNICATION NERVEUSE
Les neurones communiquent entre eux par des synapses. Les neurones impliqués dans un réseau ne communiquent pas physiquement les uns avec les autres. Les observations montrent l’existence d’un intervalle au point de contact entre les deux neurones. Cette zone de rapprochement est appelée synapse. Au niveau d’une synapse, on distingue la terminaison pré‐synaptique, caractérisée par la présence de vésicules, et la membrane post‐synaptique. Les deux parties sont séparées par une fente ou espace synaptique de 20 à 30 nm. La terminaison pré‐synaptique est toujours un axone tandis que la partie post‐synaptique peut correspondre soit à un dendrite, soit à un corps cellulaire (soit aussi à une cellule musculaire dans le cas d’une synapse neuromusculaire). Le neurone est une cellule « sécrétrice » très particulière. Le produit de sécrétion du neurone est le neurotransmetteur, contenu dans des vésicules synaptiques.

QCM n° 144
Thème 3B - NEURONE ET FIBRE MUSCULAIRE : LA COMMUNICATION NERVEUSE
Un nerf est constitué pour l’essentiel de nombreuses fibres nerveuses. Ces fibres correspondent à de longs prolongements cytoplasmiques de cellules nerveuses ou neurones. Les fibres nerveuses relient les centres nerveux entre eux et aux organes périphériques. Le neurone est une cellule spécialisée, constituée d’un corps cellulaire contenant le noyau et de prolongements cytoplasmiques plus ou moins longs, dendrites et axones.

QCM n° 143
Thème 3B - NEURONE ET FIBRE MUSCULAIRE : LA COMMUNICATION NERVEUSE
Expérience de Claude Bernard

QCM n° 68
Thème 3B - NEURONE ET FIBRE MUSCULAIRE : LA COMMUNICATION NERVEUSE
Le réflexe myotatique, qui provoque la contraction d’un muscle suite à son propre étirement, met en jeu différents éléments qui constituent l’arc réflexe.

QCM n° 245
Thème 3B - NEURONE ET FIBRE MUSCULAIRE : LA COMMUNICATION NERVEUSE
Le Ice Bucket Challenge, aider la recherche sur la maladie de Charcot

QCM n° 67
Thème 3B - NEURONE ET FIBRE MUSCULAIRE : LA COMMUNICATION NERVEUSE
Rester debout, ne pas perdre l'équilibre, maintenir notre posture malgré la pesanteur, nécessitent un fonctionnement permanent et adapté de nos muscles extenseurs et fléchisseurs. Les muscles impliqués dans la posture comme dans le mouvement sont des muscles striés squelettiques, ils s'insèrent sur le squelette par des tendons. Le mouvement des muscles se répercute sur le mouvement du squelette au niveau des articulations. Dans le cas de la posture, ces mouvements ne sont pas commandés consciemment, ce sont des réflexes musculaires.
Ces réflexes sont qualifiés de myotatiques : il s'agit de la contraction d'un muscle en réponse à son propre. ce type de réflexe met en jeu cinq éléments qui constituent l'arc-réflexe :
  voir la vidéo
  • Le récepteur : il s'agit du fuseau neuromusculaire localisé dans le muscle. En réponse à l'étirement du muscle, le fuseau neuromusculaire produit un message nerveux sensitif.
  • 
La voie afférente ou sensorielle : le message nerveux est conduit par un neurone sensoriel dans la moelle épinière où il entre par la racine dorsale du nerf rachidien.
  • Le centre nerveux intégrateur : dans la substance grise de la moelle épinière, le neurone sensoriel établit une synapse avec le neurone moteur du muscle étiré. Ainsi le message nerveux sensoriel provoque un message nerveux moteur dans le motoneurone.
  • La voie efférente ou motrice : Le motoneurone sort de la moelle épinière en empruntant la racine ventrale du nerf rachidien et il conduit le message nerveux moteur vers le muscle étiré.
  • Effecteur : le motoneurone forme une synapse, la plaque motrice, avec le muscle étiré. Ainsi le message nerveux moteur provoque la contraction du muscle étiré. Le raccourcissement du muscle à sa longueur initiale corrige l'étirement initial.

QCM n° 237
Thème 3B - NEURONE ET FIBRE MUSCULAIRE : LA COMMUNICATION NERVEUSE
Expériences de Sir Sherrington : comprendre ce qu’est un réflexe myotatique.

QCM n° 69